lundi 8 septembre 2008

La marge


Quelques extraits des actes du Colloque international organisé par le Centre d'Études du Théâtre de l'Université de Paris XII... publié sous le titre évocateur de Marginalités et théâtres. Ce petit recueil, que je lisais à défaut d'avoir autre chose, s'avère fort intéressant dans une réflexion sur la norme...

La notion de marges, couramment utilisée pour caractériser le théâtre contemporain, doit être explicitée: que signifie-t-elle, au singulier, au pluriel et par rapoort à quel(s) centre(s) se définit-elle? (Quatrième de couverture)

L'acte de création est marginal dans son essence. Quand on crée, on ne se met pas sur la place publique, au milieu de l'institution. C'est quelque chose qui part d'un endroit inattendu. S'il y a création, il y a quelque chose d'insu, d'inoui, de non créé. (R. Fichet)

Ainsi, le déploiement dans les marges se manifeste-t-il par tout un jeu de décalages, de distorsions, de contre-pied, d'attentes déçues, de surenchère rhétorique. La marge est non la forme autre mais l'autre de la forme; ce qui, dans la forme canonique est écrit en marge, entre les lignes, par démaillage, détissage, destructuration, questionnement des apparences.
[...]
Le théâtre en marge, c'est le théâtre en marche. (M. Corvin)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: