jeudi 2 octobre 2008

Les Têtes Heureuses présentent


Les communiqués doivent pleuvoir dans les bureaux de rédaction ces temps-ci... Qu'à cela ne tienne. Voici celui qui vient des Têtes Heureuses (accompagné de l'affiche de Patrick Simard):

Les Têtes Heureuses présentent La Cerisaie d’Anton Tchékhov, du 16 octobre au 2 novembre, au Petit Théâtre du Pavillon des arts de l’Université.

La Cerisaie est créée à Moscou en janvier 1904. Tchékhov meurt quelques mois plus tard. On se rend compte aujourd’hui que tout le théâtre du XXe siècle était en germe dans cette pièce, et aussi toutes les tragédies politiques et morales qui allaient déchirer le monde contemporain. Il n’y a pas de chef-d’œuvre plus proche de nous que la Cerisaie. Sa tendresse, son implacable lucidité, son comique se mélangent apparemment sans règles, comme dans la vie : « Ce que j’écris, c’est la vie » s’obstinait à répéter Tchékhov à ceux qui le transformaient en « pleureuse ».

Le drame : la vente d’une immense propriété, la Cerisaie, qui est la Russie d’avant la Révolution, le paradis de l’enfance, la beauté et le raffinement. Tout un monde y grouille (12 personnages) autour d’une femme, Lioubov, la propriétaire qui rentre d’un séjour de 5 ans à Paris. Devra-t-on vendre vraiment ? Et qu’est-ce qui nous attend après la catastrophe appréhendée ?

Jour cette pièce est en soi un défi de taille. Le faire ici est un événement. Treize comédiens professionnels du Saguenay ont été réunis autour du metteur en scène Rodrigue Villeneuve et d’une solide équipe de concepteurs. Leur objectif ? Pouvoir dire, chacun : « Ce que je joue, c’est la vie. ».

Il s’agit donc d’un rendez-vous rare, que la vie culturelle, si menacée soit-elle, peut seule offrir. Les Têtes Heureuses souhaitent qu’on y réponde nombreux, assez pour en montrer la nécessité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: