mardi 3 février 2009

Vugarisation?

Sur ce blogue, on me reproche parfois d'être difficile à suivre, d'être trop pointu pour le commun des mortels, pour le spectateur moyen.

Soit...

D'une part, je n'ai pas l'ambition d'être un vulgarisateur, un spécialiste d'un domaine qui tente de rendre sa discipline accessible au grand public (Encarta)... du moins, pas dans l'acception du terme signifiant simplification. Je me fie fondamentalement à l'intelligence du lecteur et surtout à sa curiosité qui le poussera à chercher plus loin pour approfondir certaines des notions apportées ici. Je crois, par ailleurs, que tout spectateur peut, s'il se donne la peine, se mesurer avec les plus brillants des théoriciens.

Cet espace, tout médiateur culturel qu'il soit, correspond d'abord et avant tout à un besoin personnel de noter des idées qui me sont propres... et, peut-être égocentriquement (!), de croire que ce qui m'intéresse peut intéresser quelqu'un d'autre.

Que tous ne comprennent pas la même chose mais que tous comprennent quelque chose, pour paraphraser Mesguish, serait, en quelques sortes, mon leitmotiv... Les clarifications viendront en temps et lieux.

D'autre part, comme le disait Luchini dans cette phrase que j'ai notée il y a quelques semaines, si je fais du théâtre, c'est pour passer un moment de pure exigence d'intelligence, de drôlerie et de vérité.

Je ne suis pas un vibrant passionné qui parle ou écrit avec ses tripes en puisant profondément dans les sentiments et l'expression. Non. Je me définirais plus comme un intellectuel, un rationnel qui cherche à comprendre les mécanismes du théâtre, à définir les cadres de la pratique actuelle (principalement saguenéenne), à faire des liens entre spectacles et abstractions littéraires. J'aime la stimulation théorique et m'en nourris grandement.

C'est donc dans cette optique que j'aborde la plupart de mes billets... et advienne que pourra. De toute façon, je demeure ouvert en tout temps pour éclairer, au besoin, quiconque en fait le souhait.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: