mardi 31 mars 2009

Profession de foi Guitry-esque


Ce n'est pas une raison parce que vous ne comprenez pas...
pour que cela ne signifie rien.
Mais ce n'est pas une raison non plus...
pour que cela signifie quelque chose.
Sacha Guitry

En cliquant sur ce lien, vous pourrez entendre Sacha Guitry dans une charge à fond de train contre la critique qui n'eût de cesse de le décrier, de le mépriser, de le fouetter... ses Adieux à la critique. De grand Guitry... L'esprit de Paris à son paroxysme, brillant sous le couvert de l'attaque!

J'avoue, j'ai un parti pris important pour cet homme... monument du Boulevard. J'y reviens sans cesse depuis quelques années. J'aime, de un, son histoire rocambolesque entre St-Pétersbourg et Paris, entre le Tsar et Sarah Bernardht, entre le théâtre et le cinéma, entre ses quatre épouses et son père illustre, entre la vie et la fiction. De deux, j'adore son cynisme, son ironie, sa légèreté acidulée: Bien des personnes aiment à dire qu'elles ont une prédilection marquée pour les choses «profondes». Or je me demande si ces personnes ne commettent pas parfois bien des erreurs en prenant souvent pour profondes des choses qui sont creuses. Enfin, sa vie est la meilleure illustration de ce qu'est vivre de théâtre... La vocation: Tout ce que je fais tourne en littérature. C'est une roue qui m'entraîne... qui m'entraîne... Si un jour j'avais de puces, je ferais une pièce sur les puces.

Guitry fils, c'est le plaisir, le bonheur de vivre, l'amour du théâtre. C'est une célébration de la langue française, de ses mots, de son humour.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: