vendredi 24 avril 2009

Jacques Copeau et la dignité...


Oh... voici ce que Jacques Copeau - l'un des principaux réformateurs français - affirmait* du théâtre de son époque (décidément, je suis dans une période XIXième siècle!) et qui pourrait encore parfois bien s'appliquer de nos jours:

Oublieux de toute recherche de la vérité humaine, le théâtre se ravale au rang de divertissement. Il ne revendique plus la moindre dignité artistique. [...] On peut à bon droit s'étonner que la plupart des critiques professionnels n'aient rien fait pour redresser les jugements, éclairer le public, gourmander auteurs et acteurs. Pour eux non plus, Copeau n'est pas tendre. [...] L'immense majorité des chroniqueurs, ne parlant que de pièces médiocres, se sont efforcés de distinguer des degrés dans cette médiocrité. Ils ont fini par trouver bon ce qui était seulement moins mauvais. [...] Bref, alors qu'ils devaient être les collaborateurs de l'artiste, ils ont eux aussi trahi leur mission, acceptant lâchement le relatif le plus suspect là où Copeau ne rêve que d'absolu.



* en fait, la citation est de Clément Borgal qui rapporte les paroles et, si tant est que faire se peut, l'esprit de Copeau dans son Metteurs en scène (p.12) paru en 1963.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: