vendredi 14 août 2009

De retour de vacances!

Photographie: Dario Larouche

Je suis enfin revenu de vacances pour reprendre le contrôle de mes dossiers, repartir vers les études (à compter du 31 août!), voir les spectacles que je n'ai pas encore vu, lire les chroniques incendiaires de Jean-François Caron du Voir (notamment celles portant sur les subventions salariales du CLE dont se servent sur-abondamment les organismes culturels... surtout les compagnies de théâtre... mais j'y reviendrai), écrire sur ce blogue...

Le voyage fut magnifique. Le Vermont (Burlington, Rutland, Montpelier, Plymouth) propose son décor champêtre avec aménité! Le Connecticut a aussi ses charmes... mais bien qu'Hartford, capitale mondiale de l'assurance (c'est tout dire!), soit une belle ville, nous en avons vite fait le tour pour nous poser à New Haven, siège de l'université Yale, monumentale cité aux allures gothiques. C'est là que, déambulant sur le campus - et plus particulièrement dans les quartiers dramatiques - nous avons rencontré la doyenne des études théâtrales sur sa petite mobilette jaune qui, nous trouvant charmants, nous a fait visité l'intérieur de leurs locaux:




Photographies: Dario Larouche

Nous nous sommes rendus, par la suite, vers New-York. Parmi les nombreuses activités dans la mégapole, j'ai cherché (Bon. Je sais. J'aurais pu aller sur Broadway...) des traces du théâtre... et j'en ai trouvé... sur le trottoir:

Plaque d'En attendant Godot, sur le trottoir des auteurs en hommage à Beckett
Photographie: Dario Larouche

et au MoMA (Museum Of Moderns Arts) où une section complète d'une exposition sur le dessin d'art est consacrée aux croquis des concepteurs de théâtre:

En haut, à gauche, croquis de David Hockey pour les costumes de UBU Roi monté en 1966. En haut, à droite, esquisse de Georges Méliès pour un théâtre de verdure en 1935. En bas, étude de Oskar Schlemmer pour un costume du Ballet triadique (quelque part en 1920...).
Photographies (permises!): Dario Larouche

Voilà mes vacances, en quelques mots... même si tant d'autres restent à dire. Et c'est reparti!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: