jeudi 31 décembre 2009

Sur nos scènes (et dans le milieu!) en 2009!



Pour poursuivre dans la même veine que le billet d'hier, voici, en différents points (sans qu'ils soient ni en ordre chronologique, ni en ordre d'importance!), les éléments qui me semblent marquants pour cette année théâtrale qui prendra fin dans quelques heures. Le choix de ceux-ci me sont donc fort subjectifs... et n'hésitez pas à en ajouter dans les commentaires si j'en oublie!

2009 c'est... une année dynamique. Encore de nombreuses productions (bien que moins nombreuses que l'an dernier...) prouvant la vitalité (réelle?) du milieu. Il semble y avoir, pour la plupart des compagnies, une véritable augmentation des assistances... De ces productions, on peut remarquer l'émergence de quelques comédiennes et conceptrices - notamment lesVicky Côté, Émilie Gilbert-Gagnon, Jessyka Maltais-Jean - qui font de plus en plus leur place.

2009 c'est... la mise en place de véritables actions de concertation entre les différentes compagnies professionnelles (les Rendez-Vous Théâtre, le feuillet promotionnel offrant aux spectateurs 10% sur toute entrée, un projet de publicité conjointe) qui augurera une mise en place d'une véritable structure de concertation? À voir...

2009 c'est... l'augmentation des sorties extra-régionales de plusieurs compagnies qui diffusent le travail aux quatres coins du Québec (La Rubrique, Les Amis de Chiffon) et, chose remarquable, aux quatres coins du monde (La Tortue Noire).

2009 c'est... la dernière production des Clowns noirs? Ces cinq personnages colorés ont réussi un tour de force: s'inscrire (selon le mot de Michel Lemelin) dans l'imaginaire collectif de la population. La fin des Clowns noirs (du moins, leur remisage de la forme théâtrale) ne marque pas pour autant la fin du Théâtre du Faux Coffre...

2009 c'est... l'année de la salle de spectacle à Chicoutimi: sera-t-elle? ne sera-t-elle pas? signera-t-on? ne signera-t-on pas? étudiera-t-on? n'étudiera-t-on pas? Cette saga s'est échelonnée... au point où, à quelques semaines du début de la réfection de l'Auditorium, on revient au point zéro (dans un mouvement de contestation orchestré par des jeunes du Conservatoire de musique) alors que le maire, dans sa grande mansuétude, commande à la firme MultiGo une étude de faisabilité. Dans celle-ci, on y apprend qu'outre le fait d'être propice aux balais (sic), la nouvelle salle coûtera quelques 32 millions de dollars (plus les frais d'entretien). Devant le tollé provoqué, une nouvelle étude indépendante devra faire un rapport au début de la nouvelle année... Pendant ce temps, le Théâtre du Saguenay devient itinérant (l'Auditorium étant devenu dangereux!) et met de côté son volet théâtre et joue, en quelque sorte, son avenir.

2009 c'est... la désignation de Saguenay, capitale culturelle 2010! À quoi se servira cet honneur? Les mois à venir nous le diront.

2009 c'est... l'année des adieux à deux pionniers du théâtre au Saguenay: Stan d'Haese et Ghislain Bouchard, deux hommes aux multiples et ambitieux projets. Dans une perspective plus internationale, ce sont aussi les adieux à deux monuments: Roger Planchon (metteur en scène français) et Pina Bausch.

2009 c'est... aussi le départ (massif!) de camarades, acteurs de leur état, vers d'autres projets, d'autres défis, dans d'autres lieux: Marie Villeneuve, Patrice Leblanc, Jérémie Desbiens et Alexandre Larouche. Dans un autre ordre d'idée, c'est aussi le départ à la retraite de Mesdames Christiane Laforge (du Quotidien) et de France Dallaire (agente culturelle au Centre des Arts et de la culture de Chicoutimi).

Enfin, d'un point de vue personnel, 2009 c'est... l'année de la consolidation du Théâtre 100 Masques, ma première année comme salarié de cette compagnie, la poursuite de nombreuses activités et mon début au doctorat.

Si j'en oublie...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: