samedi 30 janvier 2010

Le Quotidien s'exprime...

Paraît, ce matin, dans Le Quotidien, sous la plume de Mélyssa Gagnon, un papier ayant pour sujet la toute nouvelle production de La Rubrique (que je n'ai pas encore vue). En voici une première partie, l'autre n'étant pas disponible sur le site de Cyberpresse... seconde partie qui émet quelques réserves, notamment sur la longueur de la pièce et la présence de scènes d'amour qui peuvent heurter des spectateurs plus conservateurs (!).


Charles et Berthin (Guillaume Ouellet, Christian Ouellet)
Photographie: Rocket Lavoie, Le Quotidien

(Jonquière) La toute nouvelle production du Théâtre La Rubrique, «Charles et Berthin», se veut une touchante histoire d'amour interdit sur fond théâtral, relatant les frasques de comédiens issus de l'univers de Molière dans la France du 17e siècle.

Écrite par Stéphan Cloutier et mise en scène par Benoît Lagrandeur, «Charles et Berthin» était présentée en grande première, mercredi soir, à la salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière. La population régionale aura l'occasion de voir cette intéressante production mettant en vedette Christian Ouellet, Guillaume Ouellet, Émilie Jean et Josée Laporte jusqu'au 13 février prochain.

Homosexualité

«Charles et Berthin», c'est avant tout le récit de deux hommes qui s'aiment, deux hommes follement épris l'un de l'autre mais incapables de vivre leur passion publiquement sous peine des pires châtiments. Cette histoire d'amour se déroule en trois actes, joués à rebours, sur une période de 17 ans. Dans le Paris de 1672, le Versailles de 1663 et le Pézenas de 1655, Charles Varlet (Christian Ouellet) évolue au sein de la troupe de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière.

Du début à la fin, ou devrions-nous dire de la fin au début, Varlet aspire à devenir un grand comédien. Il fait la connaissance de Berthin Rabussin (Guillaume Ouellet), jeune aventurier fougueux et téméraire, avec qui il amorce une tumultueuse histoire d'amour. Mais cette situation complètement impossible résultera en une confrontation, laquelle aura pour effet de jeter un océan tout entier entre les amants, qui seront séparés pendant plus de 3000 jours. De la Nouvelle-France, Berthin écrira à Charles les chapitres de son rêve d'une vie meilleure, une existence où les deux hommes pourront partager un lit douillet et se bâtir un avenir prometteur au coeur des colonies. Charles ne recevra jamais les chroniques de son amour disparu. Il sera plutôt frappé par son impromptu retour, nombre d'années plus tard.

Évoluant aux côtés de Charles et Berthin, deux personnages féminins, ceux de Catherine Leclerc du Rosé (Josée Laporte) et de Marie Ragueneau de l'Estaing (Émilie Jean). L'une talentueuse comédienne aux côtés de Molière, l'autre désirant plus que tout au monde joindre les rangs de la digne troupe prisée par le roi, les deux femmes verront leurs coeurs blessés par des affections non retournées.

//La version complète du texte est disponible dans votre Quotidien



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: