mercredi 21 juillet 2010

Le déclin des grands spectacles ou quand les plus petits se plaignent des plus gros


La nouvelle est tombée hier soir et a continué tout le jour à faire la manchette: la Corporation des Légendes Fantastiques a affirmé qu'elle mettait un terme (prématuré) à son grand spectacle, AO, afin de contrer un important déficit annoncé.

De partout dans la province, les grands spectacles tirent la sonnette d'alarme: sans financement des gouvernements, AO ne sera que le premier tombé dans une hécatombe prévisible. La cause selon eux (et selon les gestionnaire du Palais Municipal de La Baie, et, par extension, des Aventures d'un Flo)? Toutes ces grandes organisations qui peuvent désormais offrir à la population des spectacles gratuits...

Ces plaintes du «on donne plus à eux qu'à nous» ressemblent, quand on y repense bien, aux mêmes récriminations qu'ont les petits organismes devant ces mêmes produits d'appels (en danger) qui drainent pourtant les enveloppes budgétaires culturelles des administrations municipales. À chacun ses maux, serait-on tenté de répondre... et il y en aura toujours de plus grand que soi qui portera ombrage!

Peut-être, pourtant, ces grands spectacles se sont-ils eux-mêmes pris au piège... Surabondance du concept (qui en perd malheureusement son originalité et son pouvoir d'attraction), augmentation exorbitante des prix d'entrées, surexploitation des filons qui perd en qualité ce qu'elle gagne en grosseur, perte de sens...

Oui, la sonnette d'alarme retentit et oui, il serait malheureux de perdre ces œuvres majeures... mais cet effort des gouvernements qu'ils demandent peut-il être envisageable sans qu'à côté, on écrase ce qui tente de survivre?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: