mercredi 22 décembre 2010

De forme et de contenu

Photo anthropométrique de Meyerhold prise en 1939 lors de son arrestation.

Pour reprendre le contrôle de ce blogue après quelques jours d'éparpillement, rien de mieux que de revenir une nouvelle fois sur quelques mots de Meyerhold! Un jour, je tenterai de m'expliquer l'attrait qu'exerce sur moi ce praticien/théoricien... une obsession venue de nulle part... mais une stimulation continue et intense pages après pages, repages après repages.

Lors d'une lecture dans un café de Burlington, je suis tombé sur ce petit passage (Écrits sur le théâtre, tome IV, éditions L'Âge d'Homme, Lausanne, 1992) traitant de la forme et du contenu... par un artiste qui sera condamné (et fusillé!) trois ans plus tard (ce texte a été écrit en 1936) pour formalisme, l'attaque contre le contenu par la forme! Cette question est partout dans ses écrits... La prédominance de l'une sur l'autre...

[...] Forme et fond constituent un tout, une unité qui s'obtient grâce à un processus de cimentage très puissant. Ce ciment est le produit d'une force vivante, la volonté vivante de l'homme (l'artiste). L'homme crée l'oeuvre d'art où l'élément principal est l'homme, et c'est encore à un autre homme que cet homme offre son art.

La forme et le contenu sont inséparables dans une oeuvre d'art authentique, et c'est cette union qui leur est propre qui est si séduisante pour l'artiste qui crée! La joie visite l'artiste quand, créant une oeuvre d'art, se consacrant à son contenu, il découvre facilement la forme que celui-ci exige. Alors, quand cet artiste admire la forme, il la sent respirer, elle palpite grâce à la profondeur de son contenu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: