mercredi 17 août 2011

Simplicité volontaire


À la fin du XIXième siècle (voire au début du XXième!), Johan-August Strindberg, auteur dramatique suédois qui brille dans le palmarès des grands auteurs universels, a défini ainsi (et l'extrait est rapporté dans L'Art du Théâtre d'Odette Aslan) les besoins disons décoratifs ou scéniques du théâtre:

Une table et deux chaises! L'idéal! Les plus grandes scènes de «Kristina» ont été jouées avec une table et deux chaises. La table fournit un solide point d'appui et elle permet de beaux gestes vivants, c'est comme un trait d'union entre les personnages qui parlent, elle donne de la cohérence au dialogue, elle sépare et elle unit, c'est comme le duo à l'Opéra.

Il faut se rappeler qu'il est arrivé en plein dans période d'émulation (affectueusement nommé crise du drame) qui allait remettre en cause le théâtre, son fonctionnement et son articulation. Son idée est d

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: