vendredi 30 mars 2012

Page blanche...


 C'est terrible, le commerce des grandes œuvres;
où trouver l'énergie et la certitude 
d'avoir encore à écrire 
quand on fréquente Sophocle et Shakespeare? 

Ces mots sont de Jacque Lasalle, grand metteur en scène français contemporain... et ils reflètent assez bien ce qu'on peut ressentir tant quand on s’assoit devant une page blanche (ou, pour plus de contemporanéité, devant un clavier et un écran!) pour écrire... et, par extension, quand on s’assoit dans une salle de répétition pour écrire scéniquement...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: