samedi 8 février 2020

Le théâtre, héros de notre temps?

Thomas Ostermeier, metteur en scène allemand (né en 1968), a une vision précise du théâtre... du rôle du théâtre dans la société. De l'espace que celui-ci occupe... qu'il devrait occuper. Voici comment, en quelques mots, il exprime la dualité théâtrale d'aujourd'hui, dans Le théâtre et la peur (assemblages d'entrevues, de discours et de de conférences), paru en 2016 chez Actes Sud:


[...] Le théâtre n'a pas mérité d'être le héros de notre temps. Il n'a rien fait pour l'être. Au contraire, le théâtre a tout fait pour cesser d'exister. Il a abandonné sa source vitale et essentielle, que sont les auteurs, et il a abandonné la formation de l'acteur, l'art de l'acteur n'est plus important aujourd'hui. Le théâtre a donc tout fait  pour ne pas être un héros de notre temps. Mais en même temps, la société a tout fait pour que le théâtre devienne le héros de notre temps, parce que c'est le dernier endroit d'une véritable liberté. Tous les autres médias sont entre les mains des grosses boîtes de production, tandis que le théâtre subventionné peut encore être un endroit de rêve et de liberté. Dans notre société, il y a de moins en moins de rencontres véritables entre les individus. [...] Dans un monde dominé par le virtuel, on se retrouve tout d'un coup avec une représentation réelle et virtuelle à la fois. Et c'est ça la beauté du théâtre, dans le monde d'aujourd'hui qui nous confronte sans cesse à des médias bidimensionnels.

C'est, d'une part, un regard sévère (ou rigoureux?) porté sur le théâtre... mais aussi un profond engagement envers ce médium. Et tout l'intérêt d'Ostermeier se retrouve dans ces et ses contrastes: de la haine à l'amour des planches, du retour constant aux classiques aux codes du théâtre contemporain,  de sa position d'artiste à celle du gestionnaire, de sa position établie à une recherche permanente de renouvellement. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: