mercredi 27 mai 2020

La fondation du théâtre, une affaire égyptienne?

En posant la question à tout venant d'où et quand a été inventé le théâtre, une réponse quasi unanime ressortira: de la Grèce antique. 

Tous s'entendent à peu près pour partir le compteur à ce moment. Même si tous s'entendent aussi que l'imitation dansée et chantée autour d'un feu - ancêtre préhistorique du théâtre - existe depuis que l'Homme existe.

Mais la Grèce de Thespis occulte peut-être un prédécesseur d'importance: l'Égypte ancienne!


On croit  pouvoir dire aujourd'hui que, mille ans avant la naissance de la tragédie grecque, et contrairement à ce qu'ont affirmé les Grecs eux-mêmes ainsi que les archéologues du XIXe siècle, l'Égypte aurait inventé le théâtre. En effet, jusqu'à la publication par Kurt Sethe, en 1928, d'un papyrus dramatique, sorte d'aide-mémoire d'un maître de cérémonies qui devait assurer l'organisation des mystères sacrés, la discussion ouverte autour des textes relatant le Mystère d'Osiris à Abydos, par exemple, avait permis de supposer que le théâtre proprement dit n'avait pas existé en Égypte. [...] Les découvertes récentes faites par le docteur Étienne Drioton, notamment d'une représentation de «ballet», puis celles, en 1942, par MM. Blackman et Fairman, de trois textes dramatiques accompagnant les bas-reliefs du temples d'Edfou, ont permis cette fois d'envisager une conclusion différente. De ces derniers textes, il a été possible de dégager des fragments dramatiques empruntés à des représentations très anciennes (probablement remontant à la XVIIIe ou à la XIXe dynastie [soit de -1550 à -1180]): 1- un drame sacré joué au moment de la Fête d'Horus [...] (le texte comporte des indications scéniques relatives au jeu des acteurs et révèle qu'il s'agit de représentations à grand spectacle avec décors, accessoires, acteurs nombreux, figuration, danses symboliques ou rituelles, ballets, etc.); 2- un drame de caractère moral, à intentions psychologiques, dans le genre de ceux qui mettaient en scène Isis (tel le drame Le drame d'Isis et des sept scorpions) «où les dieux étaient traités comme des humains, ainsi que plus tard les Grecs devaient faire dans leurs tragédies. Ces deux pièces, qui datent du Nouvel Empire [-1500 à -1100], sont en vers, alors que les plus anciennes sont en prose: elles comportent des choeurs. Mais on demeure ignorant des lieux et de la façon dont elles furent représentées (avec intermèdes, danses et musique?). En tout cas, elles semblent l'avoir été annuellement à Edfou, sur les rives du lac sacré, apparemment en dehors du temple, à l'occasion de grandes fêtes en l'honneur d'Horus. Elles comportaient certainement de nombreux tableaux.

Le théâtre égyptien était donc dominé par le caractère religieux, souvent rituel, mais se différenciait beaucoup des représentations religieuses d'essence mystique. On peut penser, selon les indications qu'on possède, qu'il avait même parfois un sens politique, affirmé essentiellement au sortir du temple.

Ce passage est tiré de l'ouvrage Le Théâtre - des origines à nos jours par Léon Moussinac, publié en 1957 chez Le Livre contemporain - Amiot et Dumont

Intéressant, comme remise en perspectives! 

Pour aller plus loin dans cette exploration des débuts égyptiens du théâtre qui nous sont beaucoup moins connus, voici deux autres articles:







Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: