samedi 10 avril 2021

«Le Roi des oubliettes» aux oubliettes!

Au détour d'une soirée de vagabondage sur le site de BaNQ, dans les journaux d'époque, je suis tombé sur cette réclame d'un spectacle publiée le 27 mai 1909 dans le Progrès du Saguenay:

Le descriptif de la pièce était assez accrocheur (et détaillé!) pour que je m'intéresse à celle-ci. L'auteur en est le Père Camille, du moins si je me fie à cette couverture (de la seizième édition, paru en 1912):


À défaut d'en trouver plus sur l'auteur qui restera donc relativement anonyme, je suis parti à la recherche du spectacle annoncé...

D'abord une première annonce, dans le Progrès du 19 mai 1909:


Plusieurs choses sont intéressantes dans ce petit billet: l'autorisation de l'évêque, la description de la pièce, la location des costumes (la maison Ponton existe toujours d'ailleurs... voici leur site), le prix des places...

Puis il y a cette petite mise au point sur la date (un autre retard!) dans le Progrès du 27 mai 1909 (même édition que la réclame ci-haut):


Un rappel publié dans le Progrès du 3 juin 1909 dont l'intérêt principal est qu'il donne les raisons de la tenue de ce spectacle et le coût de la représentation pour les enfants:


Enfin, apothéose... le Progrès du 14 juin 1909 revient, en quelques mots, sur ce spectacle tant attendu (et qui ne donne, en fait, qu'une série de noms de famille enrobés de compliments):


Après tout ça... que sait-on de cette pièce? Bien peu de choses à vrai dire! 

Alors j'ai tenté d'en trouver plus... et voilà que 26 ans plus tard, elle reprend l'affiche, avec beaucoup d'ambition, comme l'annonce le Progrès du 14 février 1935:


Encore une fois, les publicistes d'alors avaient le don de titiller l'imagination des spectateurs! Et le prix des places n'a pas tant évolué durant ces années...

Me revoici donc à tenter d'en retracer les développements:

Il y eut, au départ, ce petit article, paru dans le Progrès du 7 février 1935 où les superlatifs ne manquent pas!:


(Si je ne m'abuse, l'abbé Saulnier dont il est question ici sera le curé de l'église St-Georges à Jonquière...)

Et ce petit retour critique - si on peut dire - du Progrès du 7 mars 1935 nomme quelques noms. Sans plus:


C'est ainsi que finalement, de cette pièce, j'en saurai bien peu... sinon ces deux événements de notre passé théâtral... mais c'est aussi ça, l'histoire!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: