lundi 3 mars 2008

La critique selon Oscar Wilde


Cette fin de semaine, j'ai succombé à la lecture. Encore. Une biographie d'Oscar Wilde, signée Richard Ellman (Éd. Gallimard, 1988). Pour rester dans la même veine que mes billets précédents (en ce qui a trait à la critique), j'ai relevé deux petits aphorismes de cet esthète, homme de théâtre, critique d'Art et controversé personnage (fascinant à lire, soit dit en passant... avec, comme contemporains, entres autres, Bram Stoker, Victor Hugo, Sarah Bernhardt)...

Le premier pourrait fort bien être écrit aujourd'hui (si je fais preuve de mauvaise foi!) par les détracteurs du théâtre inellectuel: Nul doute que les tableaux modernes (ou le théâtre contemporain, le théâtre expérimental, etc.) soient délicieux à regarder. Certains du moins. Mais leur compagnie est tout à fait impossible; il sont trop ingénieux, trop péremptoires, trop intellectuels. Leur signification est trop flagrante et leur méthode trop clairement définie. On a tôt fait d'en épuiser la substance et ils deviennent aussi ennuyeux que la famille. Fort discutable... mais le style est frappant! Et si c'était vrai?

Le second me plaît beaucoup. Bref, concis. Un tant soit peu ironique, moqueur, lucide: Le but premier du critique est de voir la réalité telle qu'elle n'est décidément pas. Wow! C'est le règne des fameux «j'aurais préféré», «au lieu de», «si ç'avait été»...

Ça ne fait pas avancer le débat (!), n'approfondit guère la réflexion... mais ça fait sourire en ce début de semaine... je trouve... enfin... peut-être...

Pour terminer sur une note historico-technique, voici la véritable voix de Wilde (du moins le pense-t-on) lisant un extrait d'une de ses dernières oeuvres, Ballad Of Reading Gaol, enregistrée sur un cylindre de cire...


3 commentaires:

Marilune a dit…

Wow! Sommes-nous supposé entendre autres choses qu'un grincement d'enregistrement?

:P

Yoyo a dit…

Chère jeune femme qui ne sait apprécier la valeur des choses!!!
Cette voix surgit de la fin de l'ère victorienne... si on croit entendre Wilde, et qu'on sait que la Ballade fut écrite en 1897... et que lui est mort en 1900... cet enregistrement a, au bas mot, 108 ans!

:P

Plus qu'une peinture, plus qu'une photo, nous tenons, entre nos mains (ou plutôt dans nos ordinateurs!) l'une des choses les plus personnelles de cet homme: sa voix... avec tous les défauts de ton oreille trop habituée au iPod et autres écouteurs!!!

Nada sur le net! a dit…

vive les ipod, Oscar aurait apprécié...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: