mardi 25 novembre 2008

L'attente du spectateur


Ce soir, c'est la générale - dans un contexte si chaotique (principalement, nous n'avons pas la salle... donc pas d'éclairages non plus...) qu'il vaut peut-être mieux parler de dernier enchaînement! - du spectacle De l'amour et des griffes. Et dans quelques jours, ce sera celle de La Noël de Gruntilda...

Nous travaillons toujours avec, à l'esprit, la présence potentielle (et espérée!) du spectateur dans cet espace vide qui lui appartient. Il sera là. À attendre...

Anne Ubersfeld, dans Les termes clés de l'analyse du théâtre, définit ainsi cette attente: Au théâtre, comme dans les autres formes de spectacle, la réception est conditionnée par l'horizon d'attente du spectateur (Jauss), c'est-à-dire l'ensemble des codes qu'il connaît. Ce n'est pas le discours seul dont la réception est ainsi conditionnée, ce sont tous les éléments de la représentation, l'ensemble du spectaculaire. Si le spectateur s'attend à tel type de personnage, il s'attend aussi à tel type d'espace, de décor, de costumes. Il y a peu d'années, il était difficile à un enseignant, par exemple, de comprendre et de faire comprendre que l'espace de la tragédie classique n'est pas mimétique, qu'il ne représente aucun lieu dans le monde, ni corridor, ni antichambre de palais.

C'est cette attente qui déçoit ce spectateur... et contre celle-ci que les metteurs en scène tente de s'attaquer parfois...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: