samedi 20 décembre 2008

Honi soit qui mal y pense

Jeudi dernier, sous les armoiries britanniques (et sa devise) du salon rouge de l'Assemblée Nationale (histoire oblige...), j'ai assisté, en direct du parquet, à l'Assermentation des députés du Parti Québécois.

Une magnifique (mais longue!) théâtralisation de la politique; une cérémonie riche en symbolique: serments, signatures, remises de la médaille de la 39ième législature, discours.

51 députés de partout au Québec devenant, l'espace de quelques secondes, acteurs et actrices, le temps de prêter vraie allégeance et à la Reine (histoire oblige) et au peuple du Québec. Parmi ceux-ci, 3 personnes issues de la colonie artistique: Pierre Curzi, Maka Kotto et Agnès Maltais qui savent manifestement manier le verbe pour jouer avec l'émotion. Défi inqualifiable pour ces quelques mots désuets sortis tout droit d'un autre âge (et d'un autre pays):

Je (nom du député) déclare solennellement que je serai fidèle et porterai vraie allégeance à sa majesté la reine Élizabeth II. (Et cette partie ajoutée en 1982:) Je (nom du député) déclare sous serment que je serai loyal (e) envers le peuple du Québec et que j'exercerai mes fonctions de député avec honnêteté et justice, dans le respect de la Constitution du Québec.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: