vendredi 29 mai 2009

Où tu vas quand tu dors en marchant...?


J'ai participé, hier soir, à la première représentation du nouveau spectacle déambulatoire du dixième Carrefour International de Théâtre, dans les rues de Québec la magnifique.

Sous le titre évocateur de Où tu vas quand tu dors en marchant...? (et sous la gouverne générale de Frédéric Dubois), les spectateurs plongent, dans six stations, dans un monde onirique, un monde nocturne fait de secrets, de confidences, de folies, de cauchemars, un voyage vers l'envers du jour.

Chacune des stations de cette promenade (qui se fait en quelque deux heures...) est autonome. Six lieux, six créateurs, six sphères d'activités artistiques, près de 200 artistes, artisans et figurants! Un spectacle fort intriguant...

___________________________

Première station: Jardins secrets
(Véronique Côté, comédienne et metteur en scène)

Un tête-à-tête sous les étoiles, dans un lit, avec un comédien qui nous livre un secret (secrets qui furent recueillis auprès de la population...) sur une musique de berceuses et dans la lumière blafarde d'un ballon... Un conte avant de se faire border.

Cette zone de chuchotements agit, en quelques sortes, comme porte d'entrée pour un univers déjanté...

Seconde station: Apparitions
(Claudie Gagnon, artiste multidisciplinaire)

Sous le couvert d'un boisé au centre de la ville, des tableaux vivants s'illuminent tout-à-coup et s'animent!

L'artiste, visiblement inspirée par les contes jeunesse (et probablement beaucoup d'Alice au pays des merveilles), construit un monde déformé et déformant, grossissement étrange et inquiétant d'une société où règnent les péchés capitaux... On s'y promène avec curiosité et malgré quelques longueurs techniques, on y passe un moment enchanteur.

Troisième station: Dormance mécanique
(Pascal Robitaille, musicien et concepteur sonore)

Peut-être la station la plus curieuse... la plus éblouissante... la plus magique...

Présenté comme un alchimiste musical, Robitaille y va d'une installation majeure composée de différentes machines reproduisant les ronflements, les respirations du sommeil, les grillons et les grenouilles qui chantent au crépuscule... On y traverse les étapes de l'endormissement les yeux ouverts et l'oreille éveillée (réf.: programme du Carrefour) pour aboutir devant un petit orchestre aux accents polonais qui chante la nuit.

Quatrième station: Avancez en arrière
(Frédéric Dubois, metteur en scène)

L'action se passe dans un autobus... On y monte et c'est un départ pour un tour de la ville, un tour de la vie commentée par un guide... Tout au long du chemin, de chaque côté de la rue surgissent des êtres grotesques et cauchemardesques qui assaillent la quiétude intérieure du véhicule. Des images de la vie... d'une vie qui peut toujours mal tourner...

Quel est le véritable sens de notre passage sur terre? Telle serait la principale question de ce tour.

Frédéric Dubois démontre une nouvelle fois, avec cette mise en scène, une ingéniosité et un pouvoir d'évocation efficace et instantané...

Cinquième station:Noctambleu
(Sébastien Dionne, scénographe)

Une rue complète de vient théâtre... enfin, les commerces de cette rue...

Un peu à l'instar d'Excès de vitrine qui s'est tenu pendant quelques années sur la rue Racine à Chicoutimi, la rue Saint-Joseph donne à voir aux spectateur des vitrines devenues tableaux vivants insolites en lien avec l'activité commerciale du lieu où ils se tiennent...

Malheureusement, la pluie s'est mise de la partie à ce point du parcours...

Sixième station: La Noce
(Harold Rhéaume, chorégraphe)

Cette partie a été annulée...

Il s'agit, selon ma compréhension du programme, d'un grand bal sur le parvis de l'église Saint-Roch... avec de danseurs, de la musique...

______________________________

Ce spectacle, qui peut aussi se voir de façon aléatoire, vaut le détour! Il ne reste toutefois plus que deux représentations ce soir et demain, de 21h à 23h (notez, par ailleurs, que pendant ces deux heures, toutes les stations sont animées en continu)... et c'est gratuit!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: