mercredi 15 juillet 2009

La création

Seconde semaine de camps au Théâtre 100 Masques... seconde semaine de créations avec les enfants... Ce genre d'activité puise profondément dans la conviction et le dynamisme de l'animateur-responsable: stimuler, informer, transmettre, ouvrir les perspectives, tenir le momentum créatif.
___________________________________

Trouvé (et relu plusieurs fois pour bien en saisir le sens!) dans le quatre-vingt-seizième numéro des Cahiers Renaud Barrault:



«... comprendre et voir les choses comme elles sont
dans leur façon passagère et unique d'être-présentes...»

Le sujet, si c'est l'ACTE DE FAIRE la chose que nous regardons - en ce cas seulement il y a une
CHANCE! UNE MISÉRABLE PETITE CHANCE!
pour qu'opère une réelle rigueur. C'est le seul sujet (ce qui se fait pendant que cela se fait) qui évite l'inertie inhérente au langage dans lequel il s'insère

ici, uniquement, parce que le langage (et j'inclus aussi les langages de la vision, du geste, etc.) ne doit pas nécessairement être quelque chose qui
«se réfère à»
(par là même altérant ce à quoi il se réfère puisqu'il est DIFFÉRENT de ce à quoi il se réfère tout en essayant de l'ÉVOQUER) mais ne fait que se tisser lui-même - à la façon d'une toile - comme un auto-témoignage de ce qu'il est, en collision avec ce qu'on voudrait faire (une pièce avec peut-être un «autre» sujet apparent).

La créativité (l'effort qu'elle suppose) comme sujet.


La créativité, qui est une étincelle, toujours allumée, toujours immédiatement consumée. Immédiatement allumée encore.

La création, la minute EST, devient une coque vide. La coque doit alors être remplacée (annihilée, pour ainsi dire) par le moment créateur venant immédiatement après.

Richard Foreman
___________________________________

Richard Foreman est un metteur en scène(né en 1937), pionnier du théâtre d'avant-garde américain...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: