vendredi 21 août 2009

Des voix qui s'emmêlent...

Voici ici une question que je trouve toujours passionnante et qui rejoint, en quelques sortes, la question de la voix de l'auteur et du respect qu'on doit lui devoir...

Le Revizor par Meyerhold (auteur du spectacle) à partir de Gogol (auteur du texte).
Produit en 1926.

Ce débat qui existe toujours dans les revues de théâtre me semble extrêmement naïf: qui, lors de la création d'un spectacle, constitue la figure directrice? Le metteur en scène ou l'auteur? Selon moi, à qui que ce soit qu'elle appartienne, c'est la pensée qui dirige. Dans ce duumvirat (auteur/metteur en scène), celui des deux qui a la pensée la plus importante, la plus active, la plus aiguë est celui qui, dans un cas donné, dirige.
Vsevolod Meyerhold

J'aime beaucoup cette question parce que, pour moi, le texte est un matériau et non pas un monument... d'où les frictions que peuvent parfois causer mon travail (coupures, réécritures, réaménagements)... Le texte est, en soit, terminé... La scène est une nouvelle voix.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: