dimanche 7 mars 2010

La Défonce [carnet de note]


Le plaisir que de se sentir satisfait après un enchaînement!

Juste avant le dîner, les comédiens ont enchaîné (pour la Xième fois) la pièce La Défonce... et de belle façon. Peu à peu s'inscrivent, dans le corps et dans l'esprit de ceux-ci, les tons recherchés, les enjeux du texte, les gestes et mouvements à esquisser. Les images sont fort belles et le jeu s'améliore de fois en fois, acquérant une véritable force dramatique et se rapprochant de plus en plus de la justesse voulue: entre rage sourde et haine éclatante, entre dilemme lancinant et lâcheté...

La production entre dès lors dans une nouvelle phase encore plus intéressante: le peaufinage. Les corrections abondents. Des précisions sont apportées. Des ajustements se placent. On sent déjà, sur scène, une respiration commune, un rythme qui s'installe et qui soutient le jeu.

De bons comédiens!
Par contre, hier soir, nous avons dû avoir une discussion sur l'intensité en répétition versus l'intensité en jeu devant public... parce qu'à l'enchaînement de ce moment, un des comédiens s'est mis à jouer fort (très fort), disant que c'est à ce type de jeu qu'il faudrait s'attendre de sa part... Le problème, c'est que jouant soudainement comme on ne l'avait jamais entendu, les autres comédiens tentent de s'ajuster et l'ensemble déraille rapidement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: