jeudi 20 mai 2010

Loi théâtrale selon Jouvet


Il n'y a pas à dire, ce Louis Jouvet (dont j'abhorre le textocentrisme... même si je suis un farouche partisan du texte!) écrit de fort belles choses sur le théâtre, dont ce petit passage (tiré encore une fois de ses Réflexions du comédien paru en 1941) qui décrit assez bien toute entreprise théâtrale...

Le théâtre n'est prospère que dans la contrainte ou dans la protection: il macérait dans l'indifférence. [...] Et voici tout le problème et la loi du théâtre; avant toute autre considération, le théâtre doit être d'abord un affaire, une entreprise commerciale florissante, c'est alors seulement qu'il lui est permis de s'imposer dans le domaine de l'art. Il n'y a pas d'art dramatique sans succès. Il n'y a pas d'œuvre dramatique valable si elle ne trouve son public pour l'écouter et la faire vivre. Effroyable alternative dont il faut épouser les deux termes à la fois, et qui place le théâtre sur la pente de toutes les sollicitations et de tous les compromis, même celui de la mode. À la méditer, à la pratiquer, cette loi éclaire toutes les activités théâtrales et explique toutes les tendances et tous les procédés dramatiques. Telle est cette nécessité où le temporel et le spirituel s'épousent et s'opposent et qui pourrait expliquer, à la fois, les amères voluptés de notre métier, sa misérable grandeur, son mystère et aussi ses vertus de perfection.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: