mercredi 22 septembre 2010

De recherches et d'autres...


Je viens d'assister, dans le cadre des Midis-causerie du CÉLAT (Centre interuniversitaire des Études sur les Lettres, les Arts et les Traditions), à l'Université Laval, à une communication de Jean-Paul Quéinnec portant d'une part sur la toute nouvelle chaire en théâtre (Pour une nouvelle dramaturgie sonore en théâtre) dont il est le maître d'oeuvre et, d'autres parts, sur sa recherche-création qu'est le vaste chantier Dragage.

L'hypothèse de départ... enfin, la source de cette recherche-création pourrait venir de cette assertion (malheureusement, je ne peux retrouver la source de cette citation): si la présence du son au théâtre a évolué, elle tient encore à une valorisation de l'action dramatique. Voilà contre quoi, si on peut dire, Quéinnec et son équipe s'attaque pour développer une véritable écriture sonore pour que celle-ci ouvre les perceptions des spectateurs, ouvre le sens.

Son théâtre performatif (ou de dispositif) se compose essentiellement de deux éléments (définis à partir d'un article de Josette Féral), soit de l'évènementialité et de la mise en échec de la représentation.

C'est donc à partir d'extraits vidéos et de photographies pris essentiellement à partir du laboratoire présenté la semaine dernière à la Pulperie que ce sont développés ses arguments.

Une recherche qui pose beaucoup de questions.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: