mardi 27 septembre 2011

De la dramaturgie


Ce schéma est la synthèse de ma réflexion en cours à la lecture de l'ouvrage de Joseph Danan, Qu'est-ce que la dramaturgie? dont j'ai parlé il y a quelques jours... Une synthèse encore en construction, bien entendu... mais qui illustre somme toute, pour l'instant, assez bien ce que ce que je crois saisir...

En fait, la définition de la dramaturgie se ferait à trois niveaux... Le premier étant la création même du texte, de sa structure. Le second étant celui de la constitution du savoir autour de ce texte (un savoir de divers ordres). Le troisième (et plus important!) recouvre ces deux premiers points pour en venir à une description plus complète: la dramaturgie est le processus, le passage de la matière vers la forme, l'interprétation.

C'est donc du texte à la scène... de la littéralité (voir plus bas) à la théâtralité.

Bon. Ça demande encore un peu de polissage. De la nuance. De l'argumentation. C'est peut-être aussi tout à jeter... et c'est là le beau de la réflexion théorique!
__________________________________________________

En réponse à un questionnement d'Anick Martel à savoir si, dans le graphique et dans l'explication, il s'agit bien de littéralité et non pas plutôt de littérarité:

Euh... bonne question complexe!

LITTÉRARITÉ (selon wikipédia)

La littérarité est le caractère qu'une œuvre a d'être littéraire, d'appartenir à la littérature. De nombreux théoriciens et poéticiens se sont essayés à la définition de ce concept sans parvenir à un résultat convenable. Néanmoins, deux grandes tendances sont perceptibles : d'une part, une approche formelle. La littérarité est alors à chercher au niveau du texte même, dans la densité des figures utilisées, dans le soin apporté à la rythmicité de la phrase, etc. D'autre part, une approche subjective dépendante de jugement de valeur variable selon les époques et les pays et qui se perçoit de façon proportionnelle au plaisir que provoque la lecture. Dès lors, la littérarité est un simple statut accordé aux œuvres.

LITTÉRALITÉ (selon Sarrazac)

Contre un théâtre dont l'enjeu esthétique était de représenter le réel, le principe de littéralité affirme la présence, la matérialité des éléments qui constituent la réalité spécifique du théâtre. Dès 1926, Artaud se propose de rompre avec le principe d'analogie qui, de la mimésis aristotélicienne au réalisme du XIXième siècle, régissait la représentation théâtrale: «les objets, les accessoires, les décors même qui figureront sur la scène devront être entendus dans un sens immédiat, sans transposition; ils devront être pris non pour ce qu'ils représentent mais pour ce qu'il sont en réalité».

Donc dans le graphique ci-haut , je crois qu'il s'agit effectivement de littérarité et non de littéralité... soit passer du texte à la scène...

bien qu'à mon avis, le concept même de la dramaturgie est de faire passer de la littéralité (ce qui est là au présent, brut... bref, la littéralisation du texte quand il y en a un...) à la théâtralité (ce qui est pensé, signifié).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: