dimanche 12 février 2012

Au théâtre, cette semaine (12 au 18 février 2012)

Portrait de Vsevolod Meyerhold par Pyotr Konchalovsky, 1938

Il n'y a pas que le chien de Meyerhold qui se demande ce qui se passera cette semaine du côté théâtral... et voici, ce que j'en sais (et si jamais j'oublie des trucs - notamment des projets de fin de bac.-, il sera possible de les faire ajouter par le biais des commentaires...):

Mardi - 14 février 2012
Studio-Théâtre (UQAC), 13h

Rencontre entre les étudiants du cours Dramaturgie et mise en scène (mon cours...) et la metteure en scène Josée Laporte pour une discussion sur sa création, Une heure avant, au Théâtre La Rubrique. Si des gens veulent s'ajouter, pourquoi pas...

Mercredi à samedi - 15 au 18 février 2012
Salle Pierrette-Gaudreault (Jonq.), 20h
SECONDE SEMAINE DE REPRÉSENTATIONS

Le Théâtre La Rubrique donne sa toute nouvelle production, Une heure avant. Ce texte de Micheline Parent, mis en scène par Josée Laporte, fait une incursion dans l'univers des proches aidants. Dans le croisement de cinq voix circule un récit. Par fragments, par des biais insoupçonnés, par agglomérats, une histoire se construit, apparaît, se détaille: celle d’une femme au mitan de sa vie qui accueille chez elle sa mère malade de vieillesse. Au-delà de l’intimité imprévue des corps, des sentiments exacerbés, des rires inévitables et de l’observation effarée du travail de la mort, se trame pourtant une autre histoire, bien imprévue celle-là, mais tout aussi fatale.

Jeudi à samedi - 16 au 18 février 2012
Petit Théâtre (UQAC), 20h

Marilyn Bédard termine son baccalauréat interdisciplinaire en art (option théâtre) par la présentation de son projet de fin d'études: Collection 2012. C'est quoi? Un défilé de mode? oui, mais c'est aussi l'événement de l'année : un projet interdisciplinaire et rock n'roll, avec un «band live» et des beaux gars en jeans serrés. Venez découvrir les vêtements de Geneviève Bouchard et de White Label. Mais les vraies vedettes ce sont les femmes. Ça parle de séduction, de féminité, de notre rapport à notre corps-prison et du désir de s'en libérer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: