mardi 18 septembre 2012

Bouler son texte...

 
Petite illustration de l'expression bouler son texte (ce qui, au théâtre, veut dire précipiter son débit verbal pour passer rapidement sur les longueurs ou les bouts inintéressants pour s'attarder et donner plus de poids aux autres passages plus significatifs) tirée d'un autre moment politico-théâtral: l'assermentation des députés.

Après l'élection, tous les députés doivent prêter deux serments: le serment d'allégeance à la reine (monarchie constitutionnelle oblige)... puis une second envers le peuple du Québec:

« Je, (nom du député), jure [déclare solennellement] que je serai fidèle et porterai vraie allégeance à Sa Majesté la reine Élisabeth II. »
  « Je, …, déclare sous serment que je serai loyal envers le peuple du Québec et que j'exercerai mes fonctions de député avec honnêteté et justice dans le respect de la constitution du Québec. »

Lors de l'assermentation des députés souverainistes, hier,  il va sans dire que la première partie a souvent été boulée pour mettre l’emphase sur le second morceau, plus vibrant... comme les grands monstres de la grande époque théâtrale le faisaient pour se mettre en valeur!

Le meilleur exemple? Agnès Maltais (venue du théâtre...) à partir de 1:17:00 du vidéo. Voilà ce qu'est bouler son texte! (Tant qu'a y être, il est possible de voir l'assermentation de tous les députés péquistes dans ce vidéo... en ordre alphabétique de comté.)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: