jeudi 28 mars 2013

Théâtre d'été 2013... [Carnet de mise en scène]



SGANARELLE - Je suis de retour dans un moment. 
Que l’on ait bien soin du logis; et que tout aille comme il faut. 
Si l’on m’apporte de l’argent, que l’on me vienne quérir vite chez le seigneur Géronimo; 
et si l’on vient m’en demander, qu’on dise que je suis sorti, et que je ne dois revenir de toute la journée.

Il y a deux jours, nous avons fait la première lecture des deux pièces au programme: Le mariage forcé suivi de La jalousie du Barbouillé.

C'est le premier moment. Un moment un peu stressant. Parce que c'est la première fois qu'est réunie la distribution - Mélanie Potvin, Isabelle Boivin, Marc-André Perrier et Patrick Simard - pour une traversée de l'oeuvre. Bien que je connaisse fort bien ces interprètes, c'est le premier moment où est validée, en quelques sortes, le dessein de la mise en scène, la première hypothèse du casting. 

Cette première lecture est aussi l'occasion de tester - mais qui en eût douté?! - tout le potentiel comique de ces textes trois fois centenaires. C'est le premier moment où les personnages prennent une voix (bien qu'encore primaire), une dynamique (plus intuitive que dramatique), un physique (très brut). C'est déjà - de façon bien parcellaire - une amorce de mise en scène alors que les idées jaillissent.

Si les intrigues sont plutôt minces, ces deux morceaux de littératures réservent des scènes de haute voltige où le verbe lui-même devient personnage. Des passages entiers pourraient se rapprocher du théâtre de l'absurde. D'autres, du burlesque québécois. 

Cet exercice - qui reste somme toute laborieux... - me conforte surtout dans la ligne esthétique que je privilégie pour ce spectacle. J'y reviendrai plus tard...

Ça promet! Le début des répétitions est prévu pour la mi-avril!
________________________________________________________

Pour la petite histoire, Le mariage forcé est, en fait, la première comédie-ballet de Molière... sa première collaboration avec Jean-Baptiste Lully... et elle a été jouée, pour la première fois, exactement 313 ans avant ma naissance (le 29 janvier 1664).

La jalousie du Barbouillé lui est antérieure... d'environ quatre ans (la date exacte de sa création reste inconnue)... d'après une nouvelle du Décaméron de Boccace. Et sa scène du docteur sera reprise et développée dans Le mariage forcé.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: