dimanche 8 mars 2020

Une danseuse... en prison

En fouillant dans les archives, je tombe parfois sur des personnages haut en couleur... surtout à une époque marquée par une censure toujours à l'affût. Comme, par exemple, cette Millie de Leon, une artiste américaine de la scène burlesque. Une danseuse, pour être plus précis.


Voici une petite biographie du personnage, que j'ai trouvé dans Vaudeville old & new: an encyclopedia of Variety performers in America:


Elle est apparue sous mon radar, par le biais d'un article de La Presse du 3 mai 1909... où il est question du scandaleux spectacle qu'elle a donné.


Voici, le même jour mais dans un autre journal (et un autre ton, jouant beaucoup plus sur les effets mélodramatiques), Le Canada, un autre compte-rendu, plus détaillé et plus anecdotique de la cause:




Difficile de bien saisir de quoi il retourne. Car si d'une part, oui, les danses dans les spectacles burlesques faisaient la part belle au corps et à la sensualité, il faut aussi se rappeler que la pudibonderie de l'époque est quelque peu excessive. L'indécence d'alors est bien sage comparée à la nôtre...  Quand on regarde les images de ce temps, l'adage qui dit Autre temps, autre moeurs prend tout son sens.


Le journal La Vérité, dans un excès de vertu, y va de son papier, le 8 mai de la même année: 



L'histoire (et ma brève recherche dans les journaux d'alors) ne dit pas si elle reviendra sur nos scènes par la suite... 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: