mercredi 14 octobre 2020

Quand les comédiens sont interdits de sacrements

Le théâtre, en Neuve-France, fut frappé, en 1694, suite à l'affaire Tartuffe, d'un interdit par le très strict et austère Jean-Baptiste de La Croix de Chevrière de Saint-Vallier... plus communément connu comme étant Monseigneur St-Vallier, évêque de Québec de 1688 à 1727. (Vous trouverez ici une courte biographie du personnage.)


Allant toujours un peu plus loin dans le zèle contre le théâtre, il fit publié, en 1703, le Rituel du diocèse de Québec dans le lequel il y a cet article V où il dresse la liste des pécheurs publics à qui doivent être refuser les sacrements... dont bien sûr les comédiens et les farceurs:


Avec ce Pasteur aux commandes spirituelles de la colonie, inutile de dire que le terreau artistique n'était pas particulièrement fertile...

Voici, en terminant, deux références complémentaires à ce billet, soit le Rituel du diocèse de Québec à proprement parler, sur le site de BaNQ et un bon article, sur l'ouvrage, publié dans la Revue de BaNQ en 2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: