vendredi 28 mars 2008

Le brigadier

Dany Lefrançois, Guylaine Rivard et le brigadier...
Photographie: Jean-François Caron

En référence au billet de Jean-François Caron de ce matin dans lequel il fait mention du brigadier... ce bâton servant à marquer les trois coups...

Hier, j'ai donné l'une des significations des traditionnels coups de théâtre entendus avant le début d'une représentation (tradition qui s'est perdue). Celles-ci sont aussi nombreuses qu'il y a d'institutions... et le nombre de coups diffèrent tout autant.

L'usage le plus conventionnel du brigadier va comme suit: 11 petits coups rapides suivis de 3 grands. Ils exigent le silence d'une salle qui se faisait bruyante. Selon une histoire plutôt jolie, ils représenteraient ceci... judéo-chrétienté oblige... Les 11 petits coups représenteraient les douze apôtres moins le traître Judas... et les trois grands, la sainte Trinité.

Pour d'autres significations (parfois farfelues comme celle voulant que ces coups aient été, à l'origine, le bruit des pas de Sarah Berhnardt - portant une jambe de bois après son amputation - dans les coulisses), lire Les trois coups de brigadier, par Corinne Durand Degranges. Par la suite, si la curiosité vous tenaille toujours, faites une tour sur Wykipédia sous la rubrique «Onze coups».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: