mardi 25 mars 2008

LE RIRE DE LA MER [Histoire d'une mise en scène]

Le rire de la mer entame sa dernière semaine de travail... du moins, pour la partie répétitions.


La dernière fin de semaine a été quelque peu chamboulée par la tempête et, puisque Pâques a décidé d'être en mars cette année, par les soupers, rencontres de toutes sortes et congés fériés. Rien pour calmer la nervosité et le stress des fins de production!

Toujours est-il que nous nous en sommes bien tirés malgré tout. Pas comme prévu... mais tout de même. Samedi, nous avons entrepris de répéter tous les changements de décors avec musique. Et ce n'est pas une sinécure! Nos deux cents boîtes voyagent sur cette petite scène autant que faire se peut. Ces boîtes dont la moitié sont renforcies... et l'autre moitié servant de rangement. Imaginez alors le plaisir: faire un décor... replacer le tout selon l'emplacement d'avant pour tester le changement (en prenant en compte de bien presetter les boîtes utilitaires!), jouer, et recommencer... jusqu'à l'obtention d'une certaine fluidité dans le mouvement! Vivement l'enchaînement du spectacle en entier pour en valider l'intérêt!

Dimanche, entre deux bouchées de chocolat (merci Francine!), nous nous sommes penchés sur trois scènes...

Lundi, des boîtes et encore des boîtes...

Maintenant, il faut passer à la finalisation de cette production. Les éclairages (et l'intégration de la musique) sont prévus pour cette fin de semaine... et si le temps nous le permet (le temps dans le sens de durée... et non de température, parce que je ne m'y fie plus!), nous nous paierons même le luxe de faire quatre enchaînements! Mais, je le sais, il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant que de ne l'avoir tué... il faut traverser le pont rendu à la rivière... il ne sert à rien de sortir le rôti du four avant qu'il ne soit cuit.

De ce projet, deux ou trois choses me semblent essentielles... Outre le travail de recherche habituel (sur le personnage, j'entends), il doit y avoir le plaisir et la confiance. Sans ces deux éléments, le théâtre n'est qu'un métier. Et lorsque le théâtre n'est plus qu'un métier, il ne sert plus à rien.

La semaine prochaine, ce seront déjà les générales et la fameuse première... Euh... oui.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: