mardi 2 septembre 2008

Textocentrisme


Pour faire suite à mon billet portant sur le texte et la scène (Entre le texte et la scène, mardi 26 août 2008), voici un petit commentaire - tout aussi instructif que clair - de Daniel Couty, auteur du magnifique ouvrage Le Théâtre, paru aux Éditions Bordas en 1996:

Le texte est un système de signes ou de pratiques signifiantes destinés à s'articuler avec un autre système de signes et de pratiques signifiantes qui est celui de la scène.

On peut donc affirmer que le rapport entre l'écriture textuelle et l'écriture scénique est un rapport de complémentarité, de concurrence ou de conflit, mais en aucun cas un rapport de soumission ou de prééminence.
C'est probablement, pour ma part, la meilleure définition écrite, la plus nette et la plus concise des synthèses sur le sujet.
_________________________________

Par ailleurs, si un metteur en scène peut se permettre de faire abstraction des indications scéniques et autres disdascalies (toutes émanant de l'auteur), pourquoi ne pourrait-il pas avoir le même type de relation libre avec le corps dialogique?

Un grand metteur en scène - dont j'oublie malheureusement le nom! - répondait ainsi à un journaliste le questionnant sur sa relation à l'auteur: "Je ne joue pas un texte; je joue avec le texte."

Personnellement (et je parle ici en tant que praticien qui écrit), je considère le texte comme un élément scénique parmi d'autres (déhiérarchisation) qui offre, à l'instar de ceux-ci, la possibilité d'être, au besoin, exploré, retravaillé et repensé. C'est, je crois, le priver de son potentiel créateur que de l'enfermer, de le circonscrire obstinément dans cadre fixe posé par l'auteur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: