samedi 22 novembre 2008

De l'amour et des griffes [journal d'une mise en scène]


C'est la dernière journée de répétition pour le Théâtre Mine de Rien... du moins, avant les générales, plus tard dans la semaine qui vient.

Ce sont donc les dernières heures disponibles pour corriger des intonations, des gestes qui contrecarrent toujours la fluidité scénique, les dernières heures pour mettre une dernière main aux costumes et aux accessoires, les dernières heures pour consolider ce spectacle exigeant tout en donnant de solides assises à ces comédiens du plaisir.

Peut-être aussi sont-ce les moments les plus difficiles pour eux. Après tout, le plus important élément du dialogue théâtral leur est, pour la plupart, inconnu: le public. Il nous faut donc s'attarder à la force de la voix, la projection, la diction... devant une salle vide. Il leur faut prendre conscience de l'immensité de la salle avant que celle-ci ne se remplisse et accentue ce que Sara Bernarhdt appelait une preuve de talent, le trac.

Nous en sommes donc là. Faire respirer la forme. (Re-)Trouver le plaisir de l'exécution scénique. Comprendre les enjeux et les faire passer.
_______________________________

Cruauté, coup bas, perfidie,
condescendance et éclats de rire!!!

Pour entreprendre sa troisième année d'existence, le Théâtre Mine de Rien (troupe de théâtre amateure de l'UQAC) présente De l'amour et des griffes... un collage vaudevillesque où les beaux sentiments font place à la violence ou verbale ou physique, apanage artistique d'un temps révolu en cette ère du politically correct.

Puisant à même le répertoire du Boulevard français, voyez Félicie et Madame de Crampon, deux jeunes bonnes éplorées parler de feu Victor, cet homme si bon... du moins peut-être (Le Défunt
de René de Obaldia). Puis l'entrée en scène de Monsieur DesRillettes, pique-assiette de son état, tombant entre les serres acérées de Mesdames Boulingrin et Tartempion, vieilles filles hystériques prêtes à tout pour un peu d'attention (Les Boulingrin de Courteline).

Un spectacle plastique où la théâtralité émerge d'abord et avant tout des comédiens (Maryline Chamberland-Tremblay, Martine Chapados, Nicolas Ilaréguy, Marilou Simard et Mélissa Valiquette) sous la direction de Dario Larouche.

De l'amour et des griffes
Les 27 et 28 novembre 2008 (jeudi et vendredi)
19h, Auditorium de l'UQAC (P0-5000)
Entrée: 5$

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: