jeudi 30 avril 2009

J'appuie les travailleurs du Réveil


Les 26 travailleurs du Syndicat des Travailleurs des Éditions du Réveil (STER) vous demandent votre appui suite au lock-out décrété par Quebecor le 4 mars dernier.

En premier lieu, nous rappelons qu’en décembre 2008, il y avait au Réveil 80 employés dont une cinquantaine à temps plein oeuvrant à l’encartage, l’expédition, à la production (pressiers, graphistes, journalistes, employés de bureau), aux ventes, et chez les cadres.

Accepter les demandes exigées par Quebecor lors des négociations aurait fait en sorte qu’après la restructuration de l’Employeur, seulement 18 employés, soit 10 représentants commerciaux (qui sont rémunérés à la commission), trois cadres, trois journalistes, une employée de bureau et un graphiste auraient conservé leur emploi. Ça représente pas moins de 62 emplois perdus. De là, la décision des syndiqués du STER de refuser unanimement cette demande de déménager les emplois de l’administration et du montage à l’extérieur de la région.

Pour nous aider à retourner à la table de négociation et convaincre Quebecor que la population régionale tient à conserver ses emplois et non pas les exporter dans les grands centres, nous vous demandons de cesser temporairement toute collaboration avec le journal Le Réveil pendant le conflit de travail. Cette précieuse aide peut se traduire par le non envoi de communiqués, de convocations ou la non participation à des entrevues avec des « journalistes briseurs de grève » du Réveil ainsi qu’au non achat de publicité. Nous pouvons aussi, à votre demande, vous donner des autocollants à placer sur votre boîte aux lettres pour refuser le Journal pendant le journal.

Merci de nous aider à mettre fin à ce lock-out pour finalement permettre au Réveil de poursuivre sa mission de bien vous informer et ce, avec les artisans du Journal qui vous dessert, faut-il le rappeler, depuis 1945.

Merci pour votre appui



Les syndiqués du STER
Dominique Savard
présidente
sterfnc@hotmail.com

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: