mardi 14 avril 2009

Le Médecin malgré lui [quelques notes]


C'est ce soir que s'enclenche la prochaine production estivale du Théâtre 100 Masques, Le Médecin malgré lui de Molière, une farce (et c'est là-dessus que je mise...) écrite - ou du moins présentée pour la première fois! - en 1666.

Pour la première fois depuis mon retour à la tête de la compagnie (depuis 2007), le travail se fera sous la supervision d'un autre metteur en scène, Christian Ouellet. Mon rôle principal sera, pour ce coup-ci, véritablement directeur artistique. En gros, cela consiste à donner le cadre de réalisation (la mission de la compagnie; les attentes et les grandes lignes du projet; donner et garder, en quelques sortes, l'âme du Théâtre 100 Masques) et de soutenir la création du mieux que je peux. Il faut cependant faire attention que ce rôle ne devienne la méchante belle-mère qui nuit et qui prend trop de place.

Je disais donc que c'est ce soir que débute le travail par la rencontre de toute l'équipe pour une première lecture, le premier contact avec l'oeuvre. (Pour lire ou relire l'intégral de cette oeuvre, cliquer sur ce lien.)

À l'occasion de cette création qui coïncide avec notre dixième anniversaire, j'ai voulu (en accord avec le metteur en scène!), pour boucler une certaine boucle, réunir les premiers comédiens de nos théâtres d'été qui sautaient à pieds joints dans les projets (Pierre Tremblay, Martin Giguère et Mélanie Potvin) et les comédiens des dernières années qui m'ont suivi malgré la précarité de notre situation à mon retour (Alexandre Larouche, Jérémie Desbiens et Émilie Jean). À eux s'ajoute Marc-André Perrier. Une équipe de comédiens chevronnés... et surtout, agréables à travailler!

Alors, pour ce soir, je frappe les trois coups annonciateur du commencement!

LE MÉDECIN MALGRÉ LUI
de Molière
Une production du Théâtre 100 Masques
Salle Murdock (Centre des arts et de la Culture)
du 9 au 26 juillet 2009 (du jeudi au dimanche)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: