lundi 17 mai 2010

Du virus dramatique...


Pour rester dans le ton du dernier billet, voici une autre belle définition de ce qu'est un directeur de théâtre... définition de Louis Jouvet tirée une nouvelle fois de l'ouvrage cité précédemment:

Critique avant la critique, il faut se le représenter assis entre l'Esthétique et le Commerce, devant une énorme pile de manuscrits qui se renouvelle sans cesse, l'imagination délirante et contaminée, cherchant courageusement ce virus dramatique dont il essaye de contracter le premier la fièvre, pour en propager ensuite l'épidémie glorieuse.

Il n'y a pas d'habitacle au monde, plus sûr, plus permanent, plus confortable pour l'incertitude, que l'esprit d'un directeur. Il n'est pas non plus de dualité plus parfaite et plus évidente que celle du directeur de théâtre: littéraire par la publicité, publiciste en littérature, banquier ou usurier, prodigue ou avare selon la nécessité, amateur d'art, mécène des collaborateurs, il est aussi leur comptable et leur caissier.

Ce Louis Jouvet... Bien que je n'adhère pas à toutes ses idées sur le théâtre, ses écrits sont une source constante de réflexions et de trouvailles...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: