jeudi 3 juin 2010

Les Reines de Chaurette

La Duchesse d'York (C. Gagnon) et la reine Marguerite (F. Joncas)
Mise en scène de D. Larouche (Théâtre Mic Mac, 2007)
Photographie: C. Roberge

J'ai toujours aimé, sur scène, les femmes fortes, puissantes, cruelles... le souffle féminin du pouvoir me fascine plus que celui des hommes. Pourquoi? Je ne sais pas... Toujours est-il que j'ai eu déjà le bonheur de travailler sur Les Reines de Normand Chaurette - à mon avis, l'un des plus grands textes québécois... Un univers glauque, immense, agonisant, sis dans un Londres fantasmagorique perdu au coeur d'une tempête de neige en ce 20 janvier 1483. Une succession de tableaux tragico-comiques, grinçants, triviaux. Et six femmes. Six reines (passées et à venir) plus grandes que la raison qui se déchirent pour une couronne. Et en filigrane, le Richard III de Shakespeare.

Juste pour donner une petite idée du ton acrimonieux (aux accents parfois amusants) de ce texte, un suave petit échange entre deux des femmes les plus imposantes de cette fable baroque, la Duchesse d'York (acariâtre reine-mère de quatre-vingt-dix-neuf ans, acariâtre avec un pied dans la tombe) et la reine Marguerite, reine déchue, reine en exil.

LA REINE MARGUERITE
Je pars en Chine
Vers les caps de l'Asie fabuleuse
Ces enfants verront l'envers du globe
Où le soleil luit.

LA DUCHESSE D'YORK
Laisse voir
Quelques rides, là
Font oublier que tu étais
Il y a quelques jours à peine
Il me semble - reine d'Angleterre

LA REINE MARGUERITE
Je sais de mémoire
Le nombre de dents qui te restent
Et tes cheveux -
Attends que je les compte
J'ai beau chercher
C'est à peine si j'en vois huit
À condition de couper
L'un et l'autre en quatre
Quant à tes rides
Elles ont fait fuir tous nos oiseaux
Et s'il n'y en avait
Que la moitié dedans ma face
J'aurais depuis longtemps
Trouvé sur la terre
Un endroit pour vivre
Où il fait toujours nuit.

LA DUCHESSE D'YORK
C'est parce que j'ai toujours
Effrayé les vautours
Qu'il n'en rôde jamais
Autour de la charogne que vous êtes toutes!

LA REINE MARGUERITE
Charogne moi?
Aujourd'hui peut-être...

LA DUCHESSE D'YORK
Même autrefois.

LA REINE MARGUERITE
Dans le comté d'Anjou autrefois
J'étais vive et hardie
D'une beauté sans loi
D'un charme sans mesure

LA DUCHESSE D'YORK
Il fallait rester en France
Reine en monarchie de comté.

Des duels verbaux teintés de sarcasmes, d'ironies, de cruauté qui mènent chacun de ces somptueux personnages vers une fin inéluctable flottant entre la folie et la disparition...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: