lundi 27 septembre 2010

Le grotesque


Petite définition, en ce début de semaine, du grotesque... outil - si on peut dire - que je tente d'utiliser souvent - pour ne pas dire toujours - dans mes mises en scène. Petite définition donc, en ce petit lundi gris.

«Le contraste». Fait-on seulement appel au grotesque pour créer les contrastes, ou pour les accuser? Le grotesque n'apparaît-il pas comme une fin en soi? Comme le style gothique d'une cathédrale, par exemple. [...] De même que, dans le gothique, tout s'équilibre de manière frappante, l'affirmation et la négation, le céleste et le terrestre, le beau et le monstrueux, de même le grotesque, s'attachant à parer le monstruosité, empêche la beauté de tomber dans le sentimental (au sens schillérien du terme).

Le grotesque constitue une nouvelle approche du quotidien.


Le grotesque approfondit le quotidien au point qu'il cesse d'apparaître comme simplement naturel.


[...] Dans sa quête du supranaturel, le grotesque associe synthétiquement la quintessence des contraires, crée l'image du phénoménal, amène le spectateur à tenter de résoudre l'énigme de l'inconcevable.

[...]

Maintenir en permanence chez le spectateur une attitude double à l'égard de l'action scénique qui se développe en mouvements contrastés, n'est-ce pas là le but du grotesque au théâtre?

Ce qui fonde le grotesque, c'est le désir constant du créateur de tirer le spectateur d'un plan qu'il vient de saisir pour le projeter dans un autre qu'il n'attendait pas.

[...]

L'art du grotesque est fondé sur la lutte de la forme et du fond.

Et de qui vient cette description du grotesque? Eh oui, Vsevolod Emilievitch Meyerhold... en page 191 du premier tome de ses écrits, dans l'édition de 2001.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: