dimanche 29 mars 2020

Quand meurt une reine du théâtre...

Un peu à la suite du billet d'hier (sur la mort de Marquise Du Parc), je suis allé cherché une description des funérailles d'une autre reine du théâtre, d'une autre comédienne à la stature imposante: Rachel (j'en ai parlé déjà ici et ici... et vous pouvez en avoir une portrait wikipédien ici), qui a porté la tragédie française à un pinâcle dans la première moitié du XIXe siècle.

C'est un personnage d'une grande complexité qui ne s'est jamais véritablement trouvé. Troublante. Brûlant pour les planches et pour l'argent tout en étant férocement blasée et désenchantée.

Finalement, mes intentions ont un peu bifurqué...

En 1859 parait une biographie, Rachel et la tragédie, de Jules Janin (possible de lire le livre ici grâce à Google Books), ornée, dit-on, de 10 photographies de la tragédienne dans ses plus grands rôles. Les voici (il y en a neuf, en fait... la première du bouquin étant une peinture):











Bien sûr, la fin de l'ouvrage cité plus haut se termine par la mort inéluctable de Rachel... dont voici, à mon avis, les deux plus beaux passages (qui parlent plus de l'éphémérité du théâtre que d'elle... mais quand même):




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: