vendredi 1 août 2008

Mes Mémoires minuscules... 2

Les années pré-universitaires


Quelques années plus tard (en 1994), me voilà au Collège d'Alma... perdu dans les mathématiques appliquées, l'administration et la programmation: j'étais inscrit officiellement en «Informatique - Techniques administratives». Il n'y a point de sot métier.

Après une année et demie dans ce programme (et sous l'influence et la persuasion d'un professeur en littérature, Éric Galarneau pour ne pas le nommer...), je me suis retrouvé, du jour au lendemain, transféré dans le programme de «Lettres et langues».

Et là, premier changement majeur dans mon comportement social (!)... Ce ne fut rien de moins qu'une première tranfiguration!

Je me suis mis à l'écriture avec un plaisir sans borne... avec une facilité et un goût marqué pour la versification... et les dialogues. C'est d'ailleurs durant cette période que j'ai assisté à ma première pièce de théâtre: Enfin Duchesse! (Les Folles Alliées)... montée par la troupe amateure de l'institution.

Un bon jour, j'ai entendu parler d'un concours d'écriture dramatique (la première édition!) organisé par le R.C.Q.T.É (de mémoire, ce sigle signifie Regroupement des Collèges Québécois pour le Théâtre Étudiant). N'écoutant que mon orgueil et une cousine avec qui j'étudiais à l'époque et qui souhaitait participer, nous nous sommes assis à la table et avons composé ce qui est la première pièce significative de mon répertoire: Esprit de famille! qui raconte, sous le mode téléromanesque et un peu faiblard après coup, les tribulations d'une famille de soeurs qui se battent littéralement (et de façon sournoise... du moins, c'était notre souhait!) pour l'attention de leurs parents... Tous les stéréotypes y étaient fixés: l'alcoolique, l'hypocondriaque, la dépendante, la rebelle, la religieuse, etc. Trois actes... 67 pages... et un échec finalement... puisque nous n'avons pas gagné. L'an d'après, d'ailleurs, nous avons voulu mettre ce texte en scène (sans aucune expérience!), en collaboration avec le Service socio-culturel du collège... Nous avons répété trois mois, fait imprimer affiches et billets... malheureusement (!), pour des raisons de distributions disons volante... le spectacle fut annulées une semaine avant les représentations. C'était en 1996.

En 1997, pour le même concours, je me suis commis de nouveau et ai présenté un texte écrit en vers irréguliers: Gloria Victis (pièce avec laquelle a débuté la série de titres latins...!). Trois clochards devaient y évoluer dans une sauce dramatico-tragico-pathétique lourde et un peu indigeste. L'espoir y était inexistant. La mort rôdait. Ce fut un nouvel échec... Cette année-là, d'ailleurs, on recevait par la suite les commentaires du jury. Dans les «rapports» que je reçus, je pus lire que je devrais peut-être songer à faire autre chose dans la vie que d'écrire... mais bon.

Mon diplôme collégial en poche, je me suis alors inscrit à l'Université du Québec à Chicoutimi... au BIA en théâtre... médium que je ne connaissais finalement à peu près pas... avec l'intention de faire carrière en écriture dramatique (je l'avoue, je suis un peu entêté!)... En attendant ce nouveau tournant, j'ai écrit mon troisième texte dramatique complet (après beaucoup d'ébauches): Pour tous les maux du monde (toujours en vers irréguliers... pièce de laquelle sortirait plus tard une production, Les Pleureuses)... Une chapelle, un air baroque, un cercueil. Un couple au bord du gouffre, trois soeurs solitaires et un jeune homme perdu... bref, 164 pages qui n'ont jamais été lues par personne... je crois.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: