jeudi 6 mai 2010

Décombres...


Belle description du théâtre contemporain (que d'aucuns nomment postdramatique), de ses défis et de ses failles, en quelques lignes:

Tout semble accompli. La destruction des référents théâtraux classiques est complète: on a supprimé l'auteur, le texte, les décors, les costumes, la scène. On a sorti le théâtre des théâtres et on a même supprimé l'acteur. Que peut-on encore détruire? Le théâtre n'est plus qu'un champ de ruines, et l'on se prend à douter qu'il s'en relève jamais.
Sylvie Leleu-Merviel
Nouvelles écritures de théâtre. Le texte est tout le problème...
Document numérique 2001/1-2, Volume 5, p.48

Bon. C'est un peu radical, mais j'aime bien... car c'est contre ce type de théâtre (décrit de façon bellement eschatologique) que je m'oppose et contre lequel j'ai entrepris ces études de troisième cycle supérieur. C'est, en quelques sortes, dans ce contexte que je tenterai d'ajouter ma touche personnelle dans cette remise à plat: qu'est-ce que le théâtre?

Ce même article cite alors Patrice Pavis, comme une sentence ironique: La recherche - assez mythique - de l'essence ou de la spécificité théâtral obsède depuis toujours la réflexion critique... Or pareille conception essentialiste de l'essence du théâtre n'est jamais qu'un choix esthétique et idéologique parmi beaucoup d'autres. Mise en garde?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Si vous avez un commentaire à faire, ça peut se passer ici: